L'intérêt de l'hypnose dentaire

L’Hypnose au Cabinet Dentaire n’a rien à voir avec l’effet "fascinateur" de Messmer sur scène. En effet, le patient sous Hypnose garde le contrôle et n’exécutera jamais aucun acte contraire à sa volonté, son éthique et sa culture.
L’Hypnose n’est pas une discipline nouvelle, bien qu’elle semble être à la mode dans les médias et sur la scène de certains spectacles. Dans un passé vieux de 20.000 ans, les chamanes, puis les Égyptiens, il y a 4000 ans, ont pratiqué le concept de suggestion, de continuum entre le corps et l’esprit. C’est dans la seconde moitié du 20ème siècle que Milton Hyland ERICKSON posa les bases de ce que l’on nomme aujourd’hui l’Hypnose Ericksonienne.


L’hypnose n’est donc pas une tendance et encore moins un numéro de spectacle, mais un outil désormais incontournable reconnu en médecine. De nombreux dentistes appliquent quotidiennement cet exercice qui consiste à obtenir du patient un état modifié de conscience, où l’esprit, absorbé par une pensée, échappe à la réalité. Il est ici et ailleurs. Contrairement aux idées reçues, cette transe ne remplace pas l’anesthésie classique pour extraire une dent (cas exceptionnel) mais elle est toujours présente pendant les soins.


Grâce à l’Hypnose, le "curseur" de la sensibilité se déplace, comme lors d’un simple détartrage où cet acte, souvent ressenti comme désagréable, devient insignifiant. Toujours grâce à l’Hypnose, l’anesthésie, redoutée par une partie des patients, passe inaperçue. Enfin, et toujours grâce à l’Hypnose, la séance de soins paraît plus courte, jusqu’à se faire pratiquement oublier, les nausées de certains disparaissent, et lors des séances suivantes, la peur et l’angoisse ont totalement disparu. Les effets de l’Hypnose disparaissent en quittant le cabinet à l’exception d’un bien-être, d’un souvenir agréable et parfois même d’une action antidouleur pouvant s’étendre de quelques heures à quelques jours...


Bien entendu, l’hypnose se doit de rester dans le respect d’une éthique médicale stricte, dans le cadre d’un acte thérapeutique, et elle doit être dispensée par un praticien formé à cette technique.
L’Hypnose Ericksonienne n’est pas réservée aux actes de dentisterie, mais elle est également pratiquée en soins palliatifs, dans certains centres antidouleur, et en neurochirurgie, car c’est une approche empathique privilégiant l’humanité de la relation médicale qui soulage le patient et apporte un véritable confort pendant les soins.


Prise en Charge :
Si une codification est prévue dans la classification des actes médicaux (et sous certaines conditions), cet acte n’est toujours pas remboursé par l’assurance maladie obligatoire (sécurité sociale), il est dit "NPC" (non pris en charge) mais il ne donne pas systématiquement lieu à des honoraires complémentaires par le praticien.